Blocus ce matin

Publié le par NR&C

"Darcos go home"



NR 18 décembre 2008


Un groupe de lycéens a cadenassé les grilles de Dessaignes et Sonia-Delaunay tandis que ceux de Romorantin sont sortis dans la rue.
 
Professeurs et lycéens ont trouvé porte close hier à Dessaignes et Sonia-Delaunay Blois. À 6 h du matin, un groupe de lycéens était venu cadenasser les grilles de l'établissement et bloquer les entrées avec des palettes de bois. Aussitôt après, ces mêmes lycéens mettaient en place un piquet de grève sur le parvis de l'établissement. À l'heure du début des cours, pratiquement aucun enseignant et encore moins de lycéens ne pouvaient franchir les limites de l'établissement. La plupart des cours n'ont donc pas eu lieu. Toutefois, un certain filtrage a été accepté par ces lycéens à l'encontre des élèves des sections préparatoires. Une porte située à l'arrière du lycée était, elle, restée ouverte mais a été peu utilisée.
 
Pas question de mettre le feu aux poudres 10 h, le proviseur de Sonia-Delaunay se disait néanmoins prisonnier à l'intérieur de l'établissement et prêt à faire appel aux pouvoirs publics pour libérer l'entrée. Mais on en est resté là. Du côté des forces de police, en stand-by rue d'Auvergne, on s'est contenté d'observer. « Pas question de mettre le feu aux poudres à deux jours des vacances de Noël », expliquait un des policiers en faction.
Une délégation de lycéens s'est également rendue à Augustin-Thierry pour tenter de mobiliser ses élèves. Mais le résultat n'a pas été à la hauteur de leurs espérances.
Au même moment, à Romorantin, près de trois cents lycéens de Claude-de-France et Denis-Papin descendaient dans la rue manifester et projetaient d'occuper Claude-de-France de 21 h à 22 h 30 hier soir (lire également en page 5). Avec des revendications identiques à leurs camarades de Blois hostiles à la réforme du ministre Darcos, à la fermeture des RASED (réseau d'aide) ou encore à la réforme du bac pro etc.

Claude Choplin
nr.blois@nrco.fr

 

 


 

 


 

Commenter cet article