Les grands modèles idéologiques

Publié le par C

A l'aide de la définition de la "Guerre Froide"

(Dictionnaire de l'Histoire, Michel Mourre, chez Bordas

Le Dictionnaire de référence...disponible au CDI).

Compléter  d'abord les notions manquantes.

 

 

GUERRE FROIDE ET DÉTENTE.

 

On a donné le nom de Guerre Froide a la t______ qui, peu de temps après la fin dela Seconde Guerre mondiale, opposa les deux principaux vainqueurs de l'Allemagne hitlérienne, les É____-U___ et l'______. Elle s'accompagna d'un puissant effort d'a_______t de part et d'autre, de nombreuses c____s locales, de rivalités diplomatiques et d'un affrontement incessant des p_________s.

 

(voir dans votre livre p 66 et 67)

 

Saignée et ruinée par quatre années de batailles sans précédent et par l'occupation allemande dans la partie la plus riche de la Russie d'Europe, l'Union soviétique se trouvait, en 1945, dans une situation d'infériorité manifeste en face des Etats-Unis, dont la puissance industrielle était intacte et qui possédaient en outre l'exclusivité de l'arme nucléaire. Les concessions faites par R________ et C________ à la conférence de Y_____(févr. 1945) ne pouvaient suffire à rassurer Staline. Tout au contraire, le d________ soviétique semble avoir craint que ne se réalise l'ultime espoir des dirigeants hitlériens à la veille de leur effondrement et que la guerre germano-soviétique ne fût immédiatement suivie d'un assaut des puissances capitalistes contre l'URSS.

 

 

LES DÉBUTS (1946/50)

Dès 1945, l'URSS, non contente de réannexer les territoires qu'elle avait acquis en 1939/40 à la faveur du pacte germano-soviétique (Pologne orientale, États baltes, Bessarabie) et de les agrandir de la Prusse-Orientale, renforça sa pression politique sur les pays de l'Europe de l'Est occupés par l'a_______ r____, manifesta des visées sur les Détroits et installa un gouvernement dansle nord de l'Iran. En Grêce les communistes avaient déclenché la guerre civile dans le nord du pays. Le 12 mars 1947, le président T________* obtint du Congrès les fonds nécessaires pour une assistance militaire aux gouvernements grec et turc.

 

(+ plan Marshall doc 2 p 57*)

 

Sans tarder, l'URSS procéda à un renforcement idéologique et politique de son bloc* oriental. Après la création du K________ (oct. 1947), le « coup de Prague »(févr. 1948) fut l'épisode le plus significatif du passage de toute l'Europe orientale à des régimes de type communiste. Les Occidentaux s'orientèrent dès lors vers la renaissance économique et politique de l'Allemagne de l'Ouest. L'URSS riposta en déclenchant le b______* de Berlin (juin 1948/mai 1949), qui fut la première épreuve de force de la guerre froide. Elle tourna à l'avantage des Américains, qui réussirent à assurer par un pont aérien le ravitaillement de l'ancienne capitale du Reich.

 

De part et d'autre du r_____ de f__, la constitution de deux blocs sous l'hégémonie, l'un de M______*, l'autre de Washington, ne pouvait s'accomplir sans heurts : en France et en Italie, l'année 1947 avait été marquée par de puissants mouvements de grève d'inspiration communiste. La Yougoslavie de T____ refusa la tutelle soviétique et rompit avec Staline (juin 1948), sous le nom de titisme ; toutes les tendances nationalistes allaient être impitoyablement réprimées dans les autres d__________s p________s*. L'année 1949 fut marquée, sur le plan politique, par la naissance des deux A________s (mai et oct.) et par la proclamation de la République populaire de Chine (sept.) ; sur le plan militaire, par la signature du pacte Atlantique et la création de l'OTAN (avr.), par l'explosion de la première bombe atomique soviétique (sept.), par la nomination du maréchal soviétique Rokossovski comme ministre polonais de la Défense (nov.) ; sur le plan idéologique, par le procès du cardinal Mindszenty (févr.) et par le décret du Saint-Office contre le communisme (juill. 1949).

 

 (carte p 63*)

DE LA GUERRE DE CORÉE AU PACTE DE VARSOVIE (1950/55)

 

Déclenchée par les Coréens du Nord en juin 1950, la guerre de Corée avait sans doute pour but, dans les  conceptions de Staline, de sonder la capacité de réaction des Etats-Unis. Ceux-ci intervinrent immédiatement  dans la péninsule coréenne, assurés de l'appui de l'ONU et de leurs alliés, qui envoyèrent des contingents sur le front coréen. Jamais l'éventualité d'une troisième Guerre mondiale ne parut plus proche, mais les deux Grands montrèrent bientôt qu'ils étaient décidés à éviter un affrontement direct *. À la différence de la Chine qui avait brisé l'offensive des forces de l'ONU à l'approche de ses frontières, en nov. 1950 —,  l'Union soviétique se garda d'intervenir en Corée ; de son côté, en destituant MacA______ (11 avr. 1951), le président Truman fit la preuve que les États-Unis ne laisseraient pas l'affaire coréenne dégénérer en conflit généralisé.

 

La mort de S_____* (5 mars 1953) est considérée à juste titre comme un tournant décisif de la guerre froide. Non que les successeurs immédiats de Staline aient envisagé quelque révision radicale de la politique étrangère soviétique. Mais la lutte pour le pouvoir en URSS passait au premier plan. Dès juill. 1953, l'armistice put être signé en Corée, et, peu après, Washington lançait l'idée d'un pacte de non-agression américano-soviétique. Les conséquences de la guerre froide n'en continuaient pas moins à se développer à l'intérieur de chaque bloc*. Dans les pays d'Europe occidentale, les partis communistes étaient exclus complètement du système politique, ce |qui, inévitablement, infléchissait les majorités parlementaires vers le centre et même le centre droit. Aux États- Unis, à la suite des campagnes du sénateur McC______» tous les individus suspects de sympathies communistes furent éliminés de l'administration ; la condamnation à mort des époux R_________ (avr. 1951) intervint dans un climat d'________ et de suspicion qui se prêtait mal à une justice sereine.

 

La guerre froide, qui confirmait la c_____e de l'Europe et interdisait au V______ C_________ toute politique indépendante, fut cependant mise à profit par les États (tel l'Europe occidentale, qui obtinrent de l'Amérique une aide financière, économique et militaire considérable. La principale bénéficiaire de cette situation fut l'Allemagne de l'Ouest, qui, entrée dès 1949 dans l'ère du « miracle économique », se vit bientôt sollicitée par ses vainqueurs d'hier, lesquels la pressaient de réarmer pour participer à la défense commune de l'Occident. Le Parlement français ayant fait échouer le projet de Communauté Européenne de Défense, qui eût permis le réarmament allemand dans un cadre supranational, les accords de Londres et de Paris (oct. 1954) restituèrent sa pleine souveraineté à la R_________ F_______ (RFA) et permirent la renaissance d'une armée allemande intégrée à l'OTAN. Moscou répondit à cette évolution par le p______ de V________ (mai 1955), qui plaçait toutes les armées des pays de l'Europe de l'_____ sous un commandement suprême soviétique.

 

VERS LA FIN DE LA GUERRE FROIDE (1956/65)  (doc 6 p 64*)

Lors de l'insurrection de B_______* (oct./nov. 1956) il fut évident que les Américains ne cherchaient pas à profiter des difficultés soviétiques et que les peuples de l'Europe de l'Est ne devaient pas escompter leur secours pour se libérer de la tutelle de Moscou. Au même moment, lors de la crise de S___, les États-Unis et l'URSS exerçaient une action diplomatique convergente pour mettre fin à l'intervention franco-britannique aux côtés d'Israël. L'avance prise par les Soviétiques dans le domaine spatial (lancement de S_______ I, oct. l957 contribua à un rééquilibre des forces qui ne pouvait que hâter le dialogue entre les deux Grands. Dès 1958 s'ouvrit à Genève une conférence sur l'arrêt des essais nucléaires. Après un voyage du vice-président N_____ Moscou, K__________ se rendit aux États-Unis et rencontra E______________ à Camp David (sept. 1959).

 

Cependant, la conférence au sommet de Paris (mai 1960) devait échouer dès sa première séance, les Soviétiques venant de découvrir que leur territoire était e__________ par des avions de reconnaissance américains volant à haute altitude. Khrouchtchev, dont la politique de « c_________ p___________ * (p 62) » était déjà critiquée par les Chinois, tenta vainement, en déclenchant la nouvelle c_____ de B______, d'obtenir un succès de prestige qui eût renforcé sa position au sein du monde communiste. La construction du m___ de B_______ (août 1961) parut même relancer la guerre froide, mais la volonté de paix du Kremlin allait se manifester dès l'année suivante, lorsque Khrouchtchev, en oct. 1962, céda à une sorte d'ultimatum du président K________ et accepta de retirer les fusées soviétiques de C______. Désormais, l'aggravation du conflit idéologique avec la Chine allait pousser Moscou à rechercher un règlement d'ensemble avec l'Occident.

 

L'accord de Moscou sur l'arrêt des essais nucléaires dans l'atmosphère (juill. 1963) marqua la fin d'une époque. La puissance nouvelle de la Chine, la politique d'indépendance poursuivie par le g_______ de G_______ manifestaient d'ailleurs l'apparition de forces nouvelles qui, à la division du monde en deux blocs immobilisés par | l'« é__________ de la t___________ », tendaient à substituer de nouveaux pôles de puissance, réellement autonomes, bien qu'incapables de rivaliser avec les « Grands ».

 

LA DÉTENTE ET LA FIN DE LA CONFRONTATION EST / OUEST

En août 1963, les États-Unis, l'Angleterre et l'Union soviétique concluaient l'accord de M_______, qui, pour une durée illimitée, interdisait les expériences nucléaires dans l'atmosphère, sous les mers et dans l'espace. Cet accord, entré en vigueur le 10 oct. 1963 et ratifié par plus de cent États, vit cependant sa portée limitée du

fait que la France et la Chine, devenues puissances nucléaires — respectivement en 1963 et 1964 —, refusèrent d'y souscrire. Pour les gouvernements français et chinois, en effet, les accords des Anglo-Saxons et des Soviétiques avaient pour seul but de maintenir fermé le « club » atomique et de sauvegarder l'avance militaire prise par les États-Unis, l'Angleterre et l'URSS ; ces puissances ne s'apercevaient du danger des explosions dans l'atmosphère qu'après avoir procédé à loisir aux expériences indispensables à la mise au point de leur panoplie n____________.

 

C'est avec la même méfiance que Paris et Pékin accueillirent le traité de non-prolifération nucléaire, qui, réclamé par l'Assemblée générale de l'ONU dès 1961, fut signé par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'URSS Je 1er juill. 1968, et ratifié ensuite par une centaine d'États, mais non par la France et la Chine. Par ce

traité, les puissances nucléaires concernées s'engageaient à ne pas transférer à d'autres pays, directement ou indirectement, des armes nucléaires ; les puissances non nucléaires s'engageaient de leur côté à ne pas fabriquer d'armes nucléaires ni à en acquérir, à ne rechercher ni recevoir une aide quelconque pour la fabrication de ces armes. Les États-Unis décidèrent en outre de renoncer à toutes les formes de guerre biologique et à ne pas utiliser les premiers les gaz toxiques (nov. 1969). Dès 1967, Américains et Soviétiques, obéissant avant tout à des considérations d'économie, en raison du coût considérable qu'aurait entraîné la création d'un système défensif antifusées, envisagèrent des négociations concernant la limitation réciproque des armements stratégiques(S____ I). Ouvertes en nov. 1969, à H_________, ces négociations aboutirent à un premier traité, que N________ et B____________ signèrent à Moscou le 26 mai 1972.

 

Cependant, la thèse d'une supériorité soviétique en matière d'armement conventionnel, quoique contestée par de nombreux experts, interdisait toute perspective de désescalade nucléaire autre que limitée. Malgré quelques progrès quantitatifs, objet de nouveaux .accords ou négociations entre les deux Grands, la politique de désarmement fut contredite par la crise des e___________ (v.), à la fin des années 1970. Dans les années 1980, alors que le nouveau président américain R. R________ orientait les chercheurs du P__________ vers une sorte de bouclier spatial (IDS, Initiative de défense stratégique), les changements à la tête de l'État soviétique (accession au pouvoir de M. G______________, en 1985) entraînèrent une évolution de la perception du rapport des forces. En Europe, hérissée de m__________, la montée du pacifisme menaçait plus réellement l'OTAN, et dans une moindre mesure le pacte de Varsovie, qu'une guerre nucléaire devenue totalement irrationnelle en raison des destructions à tout jamais irréparables qu'elle occasionnerait dans chaque camp. La crise des euromissiles connut donc un épilogue heureux, en déc. 1987, quand Reagan et Gorbatchev signèrent le tout premier accord — FNI, pour Forces nucléaires (de portée) intermédiaire — de désarmement nucléaire bilatéral et contrôlé, amorçant une période de détente généralisée.

La compétition militaire allait même, dès lors, tourner à l'entraide économique, l'Occident semblant sûr de son avantage dans ce domaine et les dirigeants les plus avisés des pays de l'Est sachant que leur survie politique dépendait, à terme, plus de leur capacité à satisfaire les besoins de leurs concitoyens que de l'accumulation d'armes nucléaires. Les nouveaux modèles de défense s'intégraient donc au développement technologique d'industries de pointe capables de fabriquer des armes ultrasophistiquées, « furtives », de haute précision, les arsenaux nucléaires ne conservant qu'une fonction d___________ globale.

 

 

Mais c'est la chute du m_______ de B_________ qui vint, en 1989, mettre un terme à la confrontation Est/Ouest. Rapidement suivi de l'écroulement des régimes c_____________ d'Europe centrale, puis de l'éclatement de l'U________, cet événement marqua la fin du monde bipolaire de la guerre froide.

 

 

Relisez le texte une 2eme fois. (DM) A l'aide de couleurs, identifiez en rouge les acteurs du bloc soviétique, en bleu les partisans du bloc américain.

 

*Complétez également à l'aide de votre livre (Hatier 2007) p 49 à 74.

 

 

 

 

 


Pour vous entraîner à l'étude de documents:  Un exercice en ligne est proposé par  Richard Tribouilloy, professeur d'histoire-géographie au lycée Portes de l'Oisans à Vizille en Isére.

 

A partir de documents, faites une comparaison entre les Etats-Unis et l'URSS dans les domaines suivants :

1) Le système politique
2) Le système économique
3) Le modèle social
4) Les valeurs mises en avant

Faire un classement par domaines.

 

La correction se trouve ici  


Pour vous entraîner à la composition:

Voilà un exemple donné au bac, il y a quelques années...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un sujet qui reste d'actualité

 

"Le Monde" du 18 Août 2004

"Les forces américaines se rédéploient..

pour tenir compte d'une évolution de la menace...."

 

 

 

-----------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un autre exemple

Une caricature publiée en 2007

 

 

KALTER KRIEG ODER HEISSE LUFT (Pour les germanistes...!-)

Ce document intervient dans le contexte de la conférence internationale de Munich, en février 2007, où Poutine conteste fermement l'hégémonie mondiale des Américains... Sur la caricature, on voit Poutine en train de gonfler un ours en plastique. Cet ours incarne traditionnellement la Russie.  (Historiens et Géographes n° 402 p 70).

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article