Berlin: "le mur de la honte" (die Schandmauer)

Publié le par C

Schandmauer... Wall in Berlin -
Une belle exposition vue à Blois, au pied du chateau.

Les photos étaient présentées dans l'ordre chronologique:
- Avant le mur: 45-61
Le soulèvement ouvrier de juin 1953.
-1961: la construction et les premières années du mur
- Vivre avec le mur
-1968-1972: Tensions et négociations
-1989: la chute du mur
- Le temps de la mémoire (*)(**)



Pour vous repérer dans le temps,

Compléter une frise chronologique




(Les dates des photographies sont indiquées dans les notices explicatives)


Faire une recherche préalable:
Compléter des notices biographiques
Konrad ADENAUER

Willy BRANDT

J.F.KENNEDY

Richard NIXON

Mikhaïl GORBATCHEV

Erich HONECKER



Pour vous repérer dans l'espace


Compléter les informations manquantes
Caractériséez le territoire allemand de 1945 à 1990


Complétez les informations manquantes

Ce pays est-il vraiment démocratique ? Argumentez.

Caractérisez la situation de Berlin.







Etudiez un texte -

Le Mur de Berlin


Chronologie :
13 août 1961 : à minuit les troupes de RDA verrouillent avec des barrages en barbelés les frontières avec Berlin-Ouest. Les barrages feront assez vite place à des murs solides. C'est la mise en place du fameux "mur de Berlin"
23-26 juin 1963 : visite de J.F. Kennedy qui, en proclamant "Ich bin ein Berliner" (je suis un Berlinois) devant une foule enthousiate, souligne la solidarité occidentale, américaine en particulier, avec Berlin.


J. F. KENNEDY, Discours sur la Place de l'Hôtel de ville à Berlin

Mercredi, 26 juin 1963


"Je suis fier d'être venu dans votre ville, invité par votre bourgmestre régnant. Votre bourgmestre symbolise aux yeux du monde entier l'esprit combattant de Berlin-Ouest. Je suis fier d'avoir visité la République fédérale avec le chancelier Adenauer, qui durant de si longues années a construit la démocratie et la liberté en Allemagne. Je suis fier aussi d'être ici avec mon ami, le général Lucius Clay qui, dans cette ville, était à vos côtés aux plus grands moments de crise et qui reviendra auprès de vous sitôt qu'il sera nécessaire.

Il ne manque pas de personnes au monde qui ne veulent pas comprendre ou qui prétendent ne pas vouloir comprendre quel est le litige entre le communisme et le monde libre. Qu'elles viennent donc à Berlin. D'autres prétendent que le communisme est l'arme de l'avenir. Qu'ils viennent eux aussi à Berlin. Certains, enfin, en Europe et ailleurs, prétendent qu'on peut travailler avec les communistes. Qu'ils viennent donc ceux-là aussi à Berlin.

Notre liberté éprouve certes beaucoup de difficultés et notre démocratie n'est pas parfaite. Cependant, nous n'avons jamais eu besoin, nous, d'ériger un mur pour empêcher notre peuple de s'enfuir. Je ne connais aucune ville qui ait connu dix-huit ans de régime d'occupation et qui soit restée aussi vitale et forte et qui vive avec l'espoir et la détermination qui est celle de Berlin-Ouest.

Le mur fournit la démonstration éclatante de la faillite du système communiste. Cette faillite est visible aux yeux du monde entier. Nous n'éprouvons aucune satisfaction en voyant ce mur, car il constitue à nos yeux une offense non seulement à l'histoire mais encore une offense à l'humanité.

La paix en Europe ne peut pas être assurée tant qu'un Allemand sur quatre sera privé du droit élémentaire des hommes libres à l'autodétermination. Après dix-huit ans de paix et de confiance, la présente génération allemande a mérité le droit d'être libre, ainsi que le droit à la réunification de ses familles et sa nation, pacifiquement et durablement. Vous vivez sur un îlot de liberté mais votre vie est liée au sort du continent.

Je vous demande donc de regarder par-dessus les dangers d'aujourd'hui vers les espoirs de demain, de ne pas penser seulement à votre ville et votre partie allemande, mais d'axer votre pensée sur le progrès de la liberté dans le monde entier.

Ne voyez pas le mur, envisagez le jour où éclatera la paix, une paix juste. La liberté est indivisible, en tant qu'un seul homme se trouvera en esclavage tous les autres ne peuvent être considérés comme libres.

Mais quand tous les hommes seront libres, nous pourrons attendre en toute confiance le jour où cette ville de Berlin sera réunifiée et où le grand continent européen rayonnera pacifiquement.

La population de Berlin-Ouest peut être certaine qu'elle a tenu bon pour la bonne cause sur le front de la liberté pendant une vingtaine d'années. Tous les hommes libres, où qu'ils vivent, sont citoyens de cette ville de Berlin-Ouest, et pour cette raison, en ma qualité d'homme libre, je dis: " Ich bin ein Berliner "."

Source : Rose Kennedy, Le temps du souvenir, Paris, Ed. Albin Michel, 1974, p. 351-53.

(source cliotextes)

Présentez le document

De quelle manière apparaît lemur dans ce discours ?

Qu'apporte le discours à la connaissance de la Guerre Froide ?



Rédiger un paragraphe argumenté (3emes)
Rédiger une synthèse (Terminales)

Comment se manifeste la crise de Berlin ?(*)(T)

ou

Berlin, théâtre de la "guerre froide" (*)(*)(DDC)

ou

Les murs murent-ils le monde ?
(voir le Monde dossiers et documents n° 378 septembre 2008)
(Voir dans votre livre T Hatier 2008 p 68 et 69  Les murs symboles de la guerre froide")

 


Bonus pour les germanistes :
Quelques recommandations pour les touristes au moment de passer en RDA.
Les précautions à prendre...


Au dos de cette feuille (date ?) : la frontière entre les deux Allemagne
avec vue sur le no mans'land. Drôle d'endroit pour des vacances !

Commenter cet article

Richard Tribouilloy 08/10/2008 23:07

Comme quoi les mêmes causes produisent les mêmes effets. Je viens ce même jour de poster sur mon blog un article sur la construction du mur de Berlin pour mes terminales qui ont un commentaire de documents multiples à terminer chez eux: "Berlin, lieu de tension extrême de la guerre froide".
http://tribouilloyterminales.over-blog.com/article-23549758.html

Belle activité historique à Blois en tout cas, l'exposition donne vraiment envie.