Les enjeux européens depuis 1989...

Publié le par C

Quelques recommandations, quelques suggestions pour préparer le cours suivant avec l'aide des "Rendez-vous de l'histoire" de Blois. Vous êtes invités à participer à quelques conférences, débats et à prendre des notes. Profitez de cette occasion, unique en France.



Les enjeux européens depuis 1989

Jean-Noel JEANNENEY lors des "rendez-vous de l'histoire" de 2007
dans l'hémicycle de la Halle aux Grains.

 

 

"Je suis de ceux qui pensent que le passage à vide dont l'union européenne ne parvient pas à s'extraire est révélateur d'un malaise profond, dont la querelle sur les institutions n'est que le symptôme. La crise que traverse la construction européenne est une crise de sens..." Elie Barnavie pour introduire la 11eme édition des "rendez vous de l'histoire" de Blois.

 

Quels sont les enjeux ?

(ce que l'on peut gagner ou perdre...)

 


 "L'Europe, un fantasme, une nécessité ou une utopie ?" Dimanche 12 octobre de 17 h 30 à 18 h 30 Hémicycle de la Halle aux Grains. Conférence de Daniel Cohn Bendit. 

NR 9 octobre 2008
“ Dany-le-Vert ” préside les 11es Rendez-Vous de l'histoire qui s'ouvrent
aujourd'hui à Blois sur le thème “ Les Européens ”. Interview de l'eurodéputé.

 

La NR : Mai 68, mouvement européen, fut-il à l'origine de votre engagement pour l'Europe ?

Daniel Cohn-Bendit : « J'avais alors une vision européenne des mouvements. Je n'étais pas que le petit rouquin à Paris ! Mai 68 est un des premiers moments où ma perception de penser la politique au-delà de l'État-nation s'est forgée. »

Pourquoi a-t-on tant de difficulté à se sentir citoyens européens ?

« Parce qu'être citoyen européen, c'est être multiple. Nous sommes citoyen d'un village ou d'une ville, d'une région, d'un pays, de l'Europe. Si cette multiplicité d'identité citoyenne fait notre force, elle fait aussi notre difficulté. Se démultiplier nous force à nous ouvrir et à percevoir les choses de manière différente… or la complexité a toujours été difficile à assumer. »

Que révèlent les non français et néerlandais, puis irlandais au Traité européen ?

« Cela traduit une angoisse face à la rapidité du développement européen. Au début, les citoyens ont aimé qu'on leur donne la paix, qu'on les surprenne. Aujourd'hui, ils veulent reprendre en main le cours de cette histoire. Ils veulent s'approprier l'évolution européenne. »

Pourquoi défendez-vous le traité simplifié de Lisbonne, alors que l'Europe avance peu sur le social et que son plan climat-énergie est bien pauvre ?

« D'abord, l'Europe n'est pas mieux que les États qui la forment et en matière écologique ou sociale, elle est tributaire des politiques frileuses des États-nations. Ceci dit, j'estime que le traité simplifié est un pas en avant contre le leadership des États-Unis dans le monde. Il faut savoir que la campagne du non en Irlande a été financée par des fonds américains. »

Mais l'Europe n'est-elle pas coincée entre l'Est et l'Ouest, sans ou avec peu de pouvoir ?

« Non, l'Europe peut s'affirmer en tant que force politique. Dans la crise de la Géorgie avec la Russie, pour la première fois on a vu l'Europe avoir une position autonome. Les Américains ont du suivre les Européens, qui ont été des médiateurs actifs et efficaces. »

Selon vous, Nicolas Sarkozy est-il un bon ou un mauvais président de l'Union européenne ?

« Il mène une véritable présidence, très active. On sent une nette évolution dans la pratique française de la présidence. Je n'ai donc pas un jugement négatif sur le fait qu'il se soit mis au diapason de l'Europe. Après, sur les contenus, je ne partage pas tout ce qu'il fait ! »

Qu'est-ce qui peut donner envie aux peuples de se sentir européens ?

« Il faut que la politique européenne réponde à leurs angoisses, à leurs questionnements, à leurs envies. Qu'elle galvanise les citoyens, que le social comme l'écologie ne lui soient plus des mots étrangers. »

Pour les Européennes, vous êtes à l'origine d'une liste qui veut « ratisser » d'Eva Joly à José Bové. Est-ce viable ?

« J'essaye de rassembler l'écologie politique en France pour en faire quelque chose qui ait de la gueule lors des élections européennes de juin. La première phrase du traité constitutionnel est “ Unis dans la diversité ”, c'est aussi le mot de notre liste. L'intelligence de la politique est de mettre ensemble les différences, définir les socles communs et discuter sur ce qui nous sépare. »

Daniel Cohn-Bendit tiendra la conférence de clôture, dimanche de 17 h 30 à 18 h 30, dans l'hémicycle de la Halle aux grains de Blois sur le thème : « L'Europe, un fantasme, une nécessité ou une utopie ? »

Propos recueillis par Muriel Meignan
NR

 



 

1: Faire la paix

11: Des tensions en Europe


 

Compte rendu de la conférence du 9 octobre 2008


Dans le cadre des « Rendez-vous de l’histoire »  a eu ce jeudi 9 octobre 2008, au campus de la CCI, une conférence sur le 20ème  siècle en Europe qui est qualifé de "siècle de guerres".


Il est tout juste 9h30, avec la plus grande attention des élèves de 3ème et 1ère installés dans l’amphi rouge, Marc Pottier, professeur et directeur (?) du mémorial de Caen, prend la parole. Il est accompagné de Isabelle Bournier, elle aussi directrice culturelle du mémorial depuis 20 ans. Tout d’abord, il nous présente le 20ème siècle qui est le siècle où les guerres ont été les plus meurtrières.


Premièrement, avec la 1ère guerre mondiale qui a fait plus de 10 millions de morts, en effet la manière de faire la guerre change, on rentre dans la durée. Tout le monde se mobilise pour la patrie, quasiment tous les hommes valides sont partis au front, en rappelant la mort récente du dernier poilu Lazare Ponticelli à l’âge 110 ans, les femmes étaient mobilisées dans les usines pour la fabrique des obus. La société devient alors une société guerrière. Lors de cette guerre, environ 200 000 Chinois sont venus travailler en France.


Durant cette guerre peu de civils auraient été tués, ce sont surtout les militaires alors que pendant la 2ème guerre mondiale ce sont les civils les premières victimes. Il n’y a plus cette différence entre le front et l’arrière, cela a entrainé un nombre de victimes plus important, 60 millions. De grandes villes telles que Berlin, Caen, Le Havre, Londres ont été détruites. De plus, il y a eu de grands "crimes contre l’humanité" comme la Shoah qui a causé la mort de six millions de Juifs. Il existe deux types de shoah, « la shoah par balles » ou de proximité.


Maintenant une nouvelle forme est apparue, le terrorisme, qui a pour but de savoir que l’on a fait un attentat. Effectivement, tous le monde a encore ce terrible souvenir du World Trade center, le 11 septembre 2001, qui a fait 3000 victimes. Ceci nous bascule vers le 21ème siècle, où ce sont des guerres d’images. Marc Potier, termine en disant que depuis la formation de l’Union Européenne, aucune guerre ne s’est produite en Europe, est-elle un chemin vers la paix ? Il laisse ensuite la parole à quelques élèves qui exposeront leur point de vue ou feront quelques remarques.


CREICHE Mélissa - RABOURT Mélanie - 1er S3


Un autre point de vue


Le 9 Octobre 2008, à "l'amphi rouge" de la CCI de Blois, a eu lieu une conférence sur le
"XXème siècle en Europe, un siècle de guerres". Les conférenciers présents étaient Isabelle Bournier, directrice culturelle au "Mémorial de Caen", et notamment Marc Potier, directeur pédagogique et scientifique au mémorial de Caen mais également professeur.

Tout d'abord, le thème abordé fut la première guerre mondiale, un conflit qui mobilisa la
France entière : les hommes, les femmes, les enfants chez qui naît un nationalisme profond
et les étrangers (légion étrangère). Marc Potier a illustré le dévouement de ces derniers par
le témoignage du dernier poilu français mort récemment : Lazarre Ponticelli. Cette guerre a
meurtri la société par les centaines de milliers de blessés, la violence faite au corps (les
"gueules cassées" qui n'arriveront pas à se réinsérer dans la société) et ses dix millions de
morts. Les victimes sont uniquement (!) militaires contrairement à la seconde guerre mondiale qui elle, engendra soixante millions de morts dont la plupart était des civils. Il n'y a plus de différenciation entre le "front" et l'arrière : les lois de la guerre n'existent plus. On parle alors de guerre de destruction massive, une nouvelle façon de penser et de faire la guerre s'est installée. Les "crimes contre l'humanité" apparaissent : six millions de juifs ont été assassinés, exterminés dans la « shoah par balle » ou la « shoah de proximité » (façon dont les nazis ont systématiquement tué l'ensemble des juifs à partir de juin 1941).

A la fin du XXème siècle le terrorisme devient une nouvelle forme de guerre. Deux cent
vingt à deux cent trente conflits ont été recensés. L'exemple utilisé par Mr Potier est celui du
11 Septembre 2001 aux Etats-Unis car il s'agit d'un hyper terrorisme et l'attentat le plus
important. Les cibles ont été choisies avec précaution visant l'hyper puissance américaine,
l'hyper puissance militaire, le pouvoir politique américain et le modèle médiatique et culturel
par l'horaire de l'attentat qui est un temps phare médiatique. En effet, les terroristes
cherchent à toucher la population par le mouvement médiatique car l'important n'est plus le
nombre de victimes mais l'information des actions faites. Ces conflits sont appelés
"asymétriques" car le rapport est "des faibles aux forts", comme le démontre l'attaque du
« Worid Trade Center ».

Pour conclure, le XXème siècle fut le siècle des guerres totales (première et deuxième
guerres mondiales), des crimes humanitaires et du commencement du terrorisme. Tous ces
divers conflits ont permis d'aboutir à la paix (ONU, OMG, initiatives individuelles ou
collectives, prix Nobel de la paix) mais la violence faite aux femmes existe, l'esclavagisme
moderne également ainsi que les enfants soldats et encore bien d'autres violences. Il ne
dépend donc que (!) de la jeune génération de porter les valeurs de la paix le plus loin possible.


Dupin Tiphaine
Connesson Tristan
1er S3


 


Exposition "Le mur de Berlin et l'Europe" (13 Août 1961 - 10 novembre 1989)

"Berlin, le mur de la Honte. De la division de l'Europe à l'Union."

Les heures douloureuses de la division de la ville et celles joyeuses de la réunification Maison du Loir et Cher du 8 octobre au 9 novembre 2008.

 


  La réunification de l'Allemagne

(cf film Good bye Lénine)

 


La bande annonce du film.

La scission de la république Tchèque et la Slovaquie 

L'implosion de la Yougoslavie


Conférence "Le suicide de la nation yougoslave filmé de l'intérieur" Vendredi 10 octobre de 13 h 30 à 16 h Théatre Nicolas Peskine (juste derrière le lycée)  puis un débat jusqu'à 17 h 30 


 

12:  Des Européens aux frontières de l'UE


La Géorgie - L'osétie du sud - L'Abkhazie 

13: et au delà..

Les Européens dans l'OTAN

Les Européens dans les crises internationales

2003: la seconde guerre en Irack

Des Européens en Afghanistan

 


 "Les frontières sont-elles le malheur de l'Europe ?" 
Samedi 11 octobre Hémicycle de la Halle aux Grains de 18 h 30 à 20 h

 


"L'Europe comme facteur de paix ?" Dimanche 12 octobre de 11 h 15 à 12 h 45 Amphi rouge campus de la CCI  
"Les Européens face au nucléaire Iranien"  Dimanche 12 octobre de 10 h à 11 h salles des délibérations au Conseil Général.

  Pour voir et revoir des conférences c'est par ici

 

2: "Faire les Européens"

21: Des citoyens européens

Les polémiques autour des consultations électorales

1992: L'approbation du traité de Maastricht

2005: Le non au référendum sur le projet d'une constitution


Conférence "Les Européens et les médias: la grande méfiance" de 14 h à 15 h 30

Hémicycle de la Halle aux Grains.
Pour voir et revoir la vidéo de la conférence, c'est par ici


L'Europe, "l'affaire des citoyens européens"
Jeudi 9 octobre de 17 h 30 à 19 h Amphi vert, campus de la CCI
Les institutions européennes évoluent-elles dans une contexte démocratique ?
Et que devient le citoyen européen ? Ne se transforme-t-il pas en consommateur aveugle ?
 

!-)  

 

22: Les étudiants, des Européens en devenir ?


Erasmus (rencontre-débat à L'ENIVL salle 01) Vendredi 10 octobre de 11 h à 12 h 15 "La mobilité européenne des jeunes majeurs: motivation, dispositifs d'accompagnement et aides financières"

 

Depuis 1998, la ville de Blois accueille chaque année à l'automne le plus important festival d'histoire en France appelé «  Les rendez-vous de l'histoire ». Cette occasion la Terminal ES de Dessaignes ne l'a pas manquée, elle s'est rendue le vendredi 10 octobre à l'ENIVL pour assister à la conférence portait sur Erasmus (programme mis en place par la commission européenne), Pour animer cette prestation différents étudiants Erasmus était présents, cette rencontre était dans le but d'informer les élèves de cette institution et de favoriser la mobilité des étudiants en Europe,

Tout d'abord, Emanuelle Davignon présenta ce programme comme le plus grand système d'échanges universitaires au monde. Depuis sa création en 1987 2000 organismes de 31 pays se sont crées, aujourd'hui il est instauré dans 90% des établissements d'enseignement supérieur européen. Afin de le traiter, un logiciel fait par un élève de l'école d'ingénieur était projeté pour que tous les lycéens puissent le suivre, En suivant les étapes du logiciel elle expliqua les formalités de ce programme : les élèves qui pourront accéder à ce système c'est-à-dire les étudiants d'une université de l'Union Européenne ayant passé une convention Erasmus et d'un niveau de Bac + 1 ; où l'étudiant peut partir : dans un pays membre de l'U-E, Turquie, Islande, Norvège et Liechtenstein,

Après cette introduction, des étudiants Erasmus sont intervenus pour faire part de leurs expériences, Par exemple trois garçons partis en Roumanie avec le programme Erasmus ont raconté les points positifs de leur séjour tels que la découverte d'une autre culture, de nouveaux modes de vie, l'apprentissage d'une langue étrangère et d'une nouvelle façon d'étudier mais également les précautions à prendre avant de partir tel que chercher un logement, économiser... Pour nous montrer que l'expérience peut également se faire dans l'autre sens, une étudiante de République Tchèque était arrivée en France grâce a ce système et a également fait part de son aventure.

Cette conférence suffisamment riche pour attiser les curiosités sur ce programme espère grâce à ces différentes interventions avoir donnée envie aux élèves de partir en tant qu'étudiants Erasmus et ainsi  favoriser la mobilité des étudiants.

Léa Derouet Terminale ES1 Lycée Dessaignes de Blois

Quelques sites à connaître
- http://www.europe-education-formation.fr/
"Vous êtes étudiant, vous avez validé au moins une première année d'études universitaires et vous rêvez de vivre et d'étudier à l'étranger ?"

- http://ec.europa.eu/ploteus pour les opportunités d'études à l'étranger c'est par ici
- http://www.eurodesk.eu/edesk/Welcome.do "What kind of Europe would you like ?"
- http://ec.europa.eu/education/index_en.htm


"Les Universités anciennes et nouvelles: un ferment de l'unité européenne ?" Jeudi 9 octobre de 17 h à 18 h 30 au chateau de Blois


 "Le sentiment d'appartenance européenne des jeunes" samedi 11 octobre Grand amphi ENIVL de 18 h à 19 h 30


Qu'est ce que l'identité européenne ?
Découvrez la vidéo du magazine réalisé par les étudiants en licence journalisme de télévision de l'IUT de Tours !

 




3: Les Européens et les autres..
  

 

 31 Elargir.. jusqu'ou ?
UE à 27 et ensuite ?

 La Turquie doit-elle rejoindre l'UE ?


Prendre appui sur des cartes et avancer des arguments pour expliquer pour la Turquie doit rejoindre cette Union, puis aves les mêmes arguments expliquer exactement le contraire.

 


 "Les Turcs sont-ils européens ?"
Conférence-débat
Dimanche 12 octobre de 15 h 30 à 17 h Hémicycle de la Halle aux Grains.

 


 L'Union pour la Méditerranée: Un nouveau projet politique (2007)

 

 

 ..............

La réforme du budget communautaire

La politique d'immigration

 


 "La culture européenne face au monde africain: entre curiosité et sympathie, dérision et mépris" Dimanche 12 octobre de 16 à 17 h Amphi vert, campus de la CCI 


32: Les Européens et les autres grandes puissances


 "Les Européens vus des Amériques" Samedi 11 octobre de 12 h à 12 h 30 Amphi 1 antenne Universitaire avec notamment Nicole Bacharan.


 "L'américanisation de l'Europe. Le cas Coca-Cola" .
La couverture du magazine "Time" pour illustrer la mondialisation d'une boisson gazeuse et les ambitions d'une firme multinationale.

Conférence remarquable de Didier Nourrisson, auteur de "la saga Coca-Cola". Coca-cola est un "cas d'école". C'est à la fois une boisson (1885), une marque (1886) et une entreprise qui date de 1888. Toutes les sociétés sont irriguées. Les 208 pays dans le monde le sont. (l'ONU n'en reconnait que 203). Une société (FMN) devenue universelle. Comment a-t-elle pu se diffuser à toute l'Europe ?


Dimanche 12 octobre de 14 h 30 à 15 h 30 Amphi vert, campus de la CCI



Vous étiez ou le 11 septembre 2001 ?
(Le Mémorial de Caen vous invite à voir une belle exposition)
Les Européens face à des guerres d'un nouveau genre: la menace terroriste


 

 33: Les Européens dans la crise économique



 Relever les défis de la mondialisation


"L'Europe puissance: projet, mythe ou réalité ?" samedi 11 octobre de 16 h à 17 h 30 Hémicycle de la Halle aux Grains avec notamment Pascal Boniface.

Pour voir la vidéo de la conférence c'est par ici



Bonus, lié à l'actualité 

Dans un monde en mutation
Des Européens sont aussi dans la rue

 L'Europe sociale en train de se construire ?
Quels sont les enjeux pour les jeunes ?

Salaire - emploi - protection sociale - service public

Des enjeux qui nous dépassent ?

 

-------------

 


Commenter cet article